71 Vues |  Like

HENRY EKAMBI : Secrets d’un homme à barbe

Contrôle d’identité, s’il vous plaît ?
Je m’appelle Ekambi Henry, j’ai 33 ans et je suis d’origine camerounaise. Je suis bloggeur, modèle et organisateur d’évènements. Je suis également vendeur à temps partiel chez Sandro.

Comment décrirais-tu ton style ?
Mon style est assez large, je suis plutôt néo-classique. Je mélange tout genre de vêtements, comme du vintage avec du moderne, bien qu’en ce moment je suis plus sur une touche de moderne.

Tu es aussi connu pour ta fameuse barbe. Combien de temps cela a mis pour pousser et comment fais-tu pour entretenir une barbe comme la tienne ?
Pour ma barbe, je tiens à faire une dédicace à mon père, car c’est dans les gènes. Mes poils ont migré sur mon visage et, maintenant, je suis chauve (rires). Cela fait 3 ans que je suis barbu, mais j’ai commencé à avoir un bon volume en 6 mois. Auparavant, j’avais ma petite barbe, comme tout le monde. Je voulais une barbe et c’est venu comme ça. En ce qui concerne l’entretien, étant donné que nous sommes en France, l’eau est pleine de calcaire. Au fur et à mesure des douches, il s’accroche aux poils de ta barbe et ton poil peut ternir. Pour entretenir ma barbe, je mets de l’huile de ricin, parfois de l’huile d’avocat. La marque Dawey m’a également offert un coffret génial, regroupant plusieurs huiles dans un même contenant. Pour une personne qui veut devenir barbue, je conseille d’utiliser principalement de l’huile de ricin.

Quels sont tes trucs et astuces ?
Voici les ustensiles à avoir pour entretenir sa barbe : un peigne afro, une brosse et une huile qu’il faut passer 3 fois par semaine. Moi, je fais un shampoing à l’aloe vera, 3 fois par semaine, et je brosse ma moustache parce qu’elle est super épaisse. De plus, je recommande de peigner sa barbe quand elle est mouillée, surtout si on a un volume important car, quand c’est sec, tu perds des poils. Les plus aventuriers vont le faire sur poil sec en prenant un sèche-cheveux.
Et pour tordre le coup à certaines interrogations, je ne défrise pas du tout ma barbe. Tout est naturel, je la peigne simplement à la sortie de douche. Et évidemment, pas de teinture !

Que penses-tu de ceux qui font une teinture pour combler leurs trous ?
Moi-même, j’ai des trous, mais mes poils sont super longs donc ça les couvre. Je conseillerais aux gens d’avoir une barbe sur mesure, qui leur ressemble. J’ai mon propre style, ma barbe est dégradée sur le côté et je l’ai accentuée pour me différencier des autres barbes. Après, ceux qui veulent remplir leurs trous, ils font ce qu’ils veulent. Mais généralement, on remarque quand même que cela a été rempli et que ce n’est pas naturel. Chacun son truc. La teinture, ce n’est pas mon truc. J’aime le noir, le all black, le full black, mais le jour où je commencerai à avoir de bons poils blancs, je les laisserai (rires).

Quel est ton objectif de pousse ?
Je vais laisser pousser ma barbe jusqu’au mois d’août, sans la tailler, parce qu’on m’a raté, dernièrement. Quand on est dans un délire « beard man », on veut toujours avoir plus. Après, c’est une question d’esthétique. Comme mes poils sont super longs, ils s’accrochent à mes zips. À un moment donné, je suis obligé de couper. Pour manger, c’est d’ailleurs tout un casse-tête puisque tu te retrouves quasi systématiquement avec de la nourriture sur la barbe. C’est contraignant car, même quand je veux boire un jus en cachette, une goutte est coincée dans le poil et je me fais griller (rires). Il faut donc constamment veiller à ce qu’elle soit soignée.

Peux tu nous parler du mouvement que tu as créé ?
C’est le Beard Gang of Paris. Cela a pour but de mettre en avant les barbus de Paris, notamment les Noirs, dans un premier temps. Ensuite, nous comptons ouvrir ce mouvement aux autres origines.
Mon constat était le suivant : les Noirs barbus ont toujours le même aspect : tirés à 4 épingles, dandy… Nous n’avons pas l’image d’un Noir barbu qui fait du sport dans le style kainry, un peu macho, un peu street. C’est l’image que je souhaite véhiculer avec mon crew.
J’avais en tête un style américain, avec terrain de basketball, chaussettes montées, jogging façon chez Kanye West, en reprenant les codes des « Chicanos », adaptés aux barbus.
Pour montrer que nous appartenons au même crew, nous portons tous le même accessoire : un foulard, mais chacun est habillé en fonction de son propre style.
Un teaser arrive bientôt. Restez connectés !

Retrouvez-le sur Instagram : @mesyeuxsurtoi

Par Michael Kamdem
Édition : ROOTS n°19

Tags

#cameroun