61 Vues |  Like

KELIFWE MABOTE : La modeuse la plus influente d’Afrique du Sud

Contrôle d’identié, s’il vous plaît ?
Je m’appelle Kefilwe Mabote, je suis une influenceuse, égérie digitale et styliste pour des célébrités. Je me décrirais comme une passionnée de la vie, je fais en sorte d’apprécier chaque moment et de donner le meilleur de moi-même.

Tu es actuellement à Paris, peux-tu nous parler de ton périple parisien ?
J’ai aimé, c’est la première fois que je viens à Paris. Cela a toujours était un rêve de venir ici parce que j’aime beaucoup la mode. Ici, on peut voir toutes les grandes marques que nous n’avons pas chez nous. Nous n’avons ni Chanel, ni
 Dior ! C’est aussi la ville de l’amour ! Je voulais rencontrer les personnes qui, dans votre ville, sont à la pointe de la mode ! Je veux visiter plus de choses, faire des collaborations avec les Africains d’ici. J’aime beaucoup leur style parce qu’il est totalement différent de celui d’Afrique du Sud. Je suis surtout venue ici pour rechercher de bons collaborateurs avec qui je pourrais travailler.

As-tu eu le temps d’assister à quelques évènements ?
Oui, j’ai une très bonne amie, une amie très spéciale, Laura Layton, c’est elle qui m’a montré tous les coins sympas d’ici (rires). Et j’espère que, quand je reviendrai, je pourrai commencer à travailler sur mes futures collaborations.

IMG_8373

Tu es aujourd’hui l’une des femmes les plus influentes dans l’industrie de la mode en Afrique du sud, peux-tu nous expliquer comment tu en es arrivée là ?
Oh, je suis flattée, merci (rires) ! C’est très simple, j’ai fait de mon mode de vie, un business. Avant de poster des photos, j’avais un site où je postais des photos de comment j’habillais mes clients, comment porter tel ou tel vêtement. Ensuite, j’ai commencé à faire des photos façon street style. Trois ans après, j’ai reçu l’appel d’une marque sud-africaine qui voulait collaborer, pour que je fasse de la pub pour eux. J’ai saisi l’opportunité et, depuis ce jour, je me suis dit que c’était le métier que je voulais faire ! C’est de là que tout est parti. Les propositions se sont enchaînées de marques en marques, dans la mode, l’hôtellerie, la restauration, l’automobile avec des marques prestigieuses telles que Lamborghini, Bentley… J’ai juste transformé ma vie en une plateforme globale : beauté, mode, voyage. Toutes ces choses sont connectées, c’est tout un lifestyle !

As-tu une femme qui est source d’inspiration pour toi ?
Oui, Camila Coelho, c’est une Brésilienne. Je me vois à travers elle. C’est l’une des plus grandes influenceuses qui a également fait de sa passion, son business. Elle a plus de 6 millions de followers, a collaboré avec Dior et énormément de marques internationales et c’est à son niveau d’influence que j’aimerais arriver (420.000 followers fin juin 2017). Elle vit juste sa vie et est payée pour faire ce qu’elle aime, tous les jours.

Comment décrirais-tu ton style ?
Je décrirais mon style comme soigné, je suis une personne très simple pour être honnête. Je joue la carte de la sécurité. J’aime bien me décrire comme une “fashionista qui prend des risques calculés”. Quand je mets quelque chose d’assez extravagant, je l’associe avec des choses plus simples pour adoucir le tout. Mon style est un paradoxe : très simple, mais imposant en même temps.

Comment analyserais-tu l’industrie de la mode en Afrique du Sud et dans l’ Afrique, en général ?
Globalement, en Afrique, je pense que ça évolue bien. J’apprécie le fait que les Africains aient pu enfin voir leur grand potentiel. Je sais qu’on aime la mode des Européens, mais on a aussi besoin de ne pas oublier nos racines, on doit même embrasser nos racines. J’aime la transition qui se passe actuellement sur notre continent. De plus en plus de personnes commencent à comprendre que notre “african touch” est en train de s’imposer dans le monde de la mode. On voit des stars comme Alicia Keys et plein d’artistes internationaux porter nos tenues, nos motifs. Il en va de même pour les plus grandes marques comme Valentino ou Burberry’s qui s’en sont inspirées dans leurs dernières collections. J’aime vraiment cette nouvelle transition mondiale. Nous inspirons et devons en être fiers !

IMG_8451

Ce numéro est une summer edition, quel est pour toi le must-have pour cet été ?
Les imprimés africains ! Je m’en fiche de ce X ou Y en dira, pour moi ce sont définitivement les imprimés africains !

On a tous vu la carrière que tu mènes à travers les réseaux sociaux, mais quel genre de personne es-tu dans la vie privée ?
Je suis une personne très simple. Quand j’ai des shootings photos, je suis toujours tirée à quatre épingles mais quand tu me vois dans la vie de tous les jours, je suis juste une personne sympa et sociable. En tant que styliste, tu dois aimer les gens, tu dois être en constante communication, toujours essayer de comprendre ta clientèle, donc je dirais que je suis une personne à l’écoute. Ce que vous voyez dans mon Instagram est différent de ce que je suis dans la réalité. Beaucoup de gens sont intimidés lorsqu’ils voient mon profil et mes 400 000 followers. En privé, tu me verras sans maquillage, habillée confortablement dans une tenue de sport, je ne fais pas de juste-milieu ! Je suis soit au top, soit je la joue cool.

Quels endroits recommanderais-tu à un visiteur novice de l’Afrique du Sud ?
Les meilleurs endroits sont évidemment Johannesburg, une ville très cosmopolite et formidable pour le shopping. Cape Town, ville plus relax, mieux adaptée pour les vacances et connue pour son histoire. Enfin, la ville de Durban qui a une histoire riche et assez spéciale.

Où te vois-tu dans les 5 prochaines années, si tout va bien ?
Si tout va bien, je vois ma propre marque devenir assez importante, notamment sur le côté esthétique. Mon business personnel est divisé en deux : influenceuse digital et le coté esthétique en matière de style, mode. J’ai comme objectif d’avoir des clients à travers le monde. Les gens n’ont pas besoin d’être restreints. Mon but est d’avoir une présence globale des deux côtés.

Si je te dis le mot « ROOTS », tu me dis ?
La première chose qui me vient en tête est la culture. D’où je viens et quelles sont mes origines. Roots, c’est l’Afrique du Sud, c’est ma maison. Même si j’ai envie d’être ”globale”, je dois toujours me rappeler de l’Afrique du Sud qui est en moi.

Par Michael Kamdem
Édition : ROOTS n°19