PRIME PRESTIGE : Histoire d’une start-up, de Paris à Babi

Contrôle d’identité, s’il vous plaît ?
Je m’appelle Mohamed Adnane Achirou, j’ai 27 ans, je suis né à Paris et j’ai grandi en Côte d’Ivoire jusque l’âge de 12 ans. J’ai dû revenir en France à cause de la crise qu’a traversé la Côte d’Ivoire. À 21 ans, j’ai recommencé à y retourner. J’ai créé des sociétés en France dans les cosmétiques puis dans le transport de personnes, mais j’avais toujours en tête cette envie de développer mon activité dans les deux pays. Après plusieurs voyages, je me suis rendu compte que le retour à Paris était assez compliqué, en terme de déplacement. J’ai donc mis à disposition des voyageurs un service de chauffeurs qui pourraient récupérer toutes les personnes provenant d’Afrique Francophone, à la sortie de l’aéroport. Je suis aujourd’hui le PDG du groupe de transport Prime Prestige, entre Paris et Abidjan.

Quel est ton parcours ?
Après un BAC STG, j’ai fait un BTS transport et logistique, puis une licence Organisateur transport international. Dès la fin de mes etudes, je me suis lancé dans l’entreprenariat avec ma société de cosmétiques et Prime Prestige. Je suis issu d’une famille de commerçants, nous sommes Yoruba, c’est une ethnie béninoise et nigériane connue pour être très impliquée dans le commerce. C’est sans doute ce qui a conditionné le fait que j’entreprenne très jeune.

En mars dernier, tu inaugurais donc Prime Prestige, à Abidjan ?
Prime Prestige est née il y a 2 ans. C’est une entreprise de transport à la personne, basée à Paris et à Abidjan. Comme je vous le disais, nous prenons en charge tous les Africains se déplaçant à Paris. Les Africains ne vont plus en France seulement pour émigrer, mais aussi pour leurs déplacements professionnels (les entrepreneurs, banques, assurances, cabinets d’états, ministériels…) et pour leurs loisirs.
Ce type de services existe pour les Indiens et les Chinois mais pas pour les Africains.
Nous nous occupons des déplacements mais effectuons aussi de la conciergerie, réservation d’hôtel… J’ai plusieurs collaborateurs, des opératrices et nous avons 40 véhicules en activité actuellement à Paris. L’activité à Abidjan est purement commerciale mais nous comptons mettre à disposition de cette structure une flotte de véhicules d’ici peu. Nous allons être implantés dans les aéroports pour que les clients puissent commander leurs chauffeurs avant d’arriver à destination. Nous souhaitons doubler nos effectifs d’ici la fin de l’année.

Qu’est-ce qui te différencie de tes concurrents ?
Les tarifs et notre grand réseau de partenaires à travers l’Europe.

Quelles sont tes inspirations et qui sont tes modèles ?
Mes nombreux voyages m’ont aidés à avoir du recul sur mon environnement et les attentes que pourraient avoir les Africains.

Fabrice Sawegnon (président de Vodoo Communication), le parrain de Prime Prestige Abidjan, est l’un de mes mentors.

Quels sont tes projets futurs ?
J’aimerais m’étendre dans l’agro-alimentaire, en Côte d’Ivoire.

Si je te dis “Roots”, cela t’évoque quoi ?
Une phrase qui dit : « il arrivera un jour où les derniers seront les premiers ».